C’est à partir de la première moitié du XV° siècle qu’on entreprit la véritable reconstruction des fortifications. Les principaux travaux eurent lieu de 1140 à 1470 ;

(…). On conserva à-peu-près le tracé e l’ancienne enceinte, aux principaux angles de laquelle il existait déjà trois tours bâties vers 1404. Ces trois tours étaient celle de la Petite-Porte, de la Porte-Auxerroise et de la Beurdelaine. De ces trois tours, la dernière seule subsiste encore. On en bâtie d’autres intermédiaires à intervalles assez rapprochés, et toutes furent reliées par une muraille continue. (p.17)

À l’époque de la ligue, en 1590, on ajouta aux fortifications quatre cavaliers, ou bastions, aux principaux angles du mur d’enceinte. Ces bastions, formant terre-plein de niveau avec le rempart, portaient à leur pointe saillante une guérite en pierre posée en encorbellement, d’un effet pittoresque et très gracieux. Ces quatre bastions existent encore aujourd’hui dans leur état primitif. (p.19)

Avallon ancien et moderne. Histoire, description, topographie et statistiques par A. Heurley avec plans et dessins par le même. Accompagné de notices historiques sur le bombardement d’Avallon en 1871. Et sur l’établissement de la Compagnie des Chevaliers de l’Arquebuse par H. Hérardot. Ainsi que d’un poème héroï-comique sur la Prise de Saint-Julien par Mocquot, dit La Guerre. Imprimerie L. Barré, place Saint-Julien, Avallon, 1880. Librairie Voillot, Avallon, 1989.